Archives de tags | saga; histoire

La saga de la Cohn-Bendit Company

 

La marque des grands

Et si les hommes politiques étaient des marques, comme Michelin ou Coca-Cola.

Aujourd’hui :  la saga de la Cohn-Bendit Company

 

 

L’homme est né en 1945 à Montauban, mais la marque, elle, s’est fait connaître en mai 68 sous l’enseigne « Dany le rouge ».

Dotée d’une image jeune, rebelle et en phase avec son temps, la Cohn-Bendit Company va atteindre en quelques semaines une notoriété spontanée de près de 100% grâce à une campagne de promotion gratuite, déclinée pendant plusieurs semaines sur de nombreux supports de l’époque : presse, radio, télé.

Les Autorités ayant en outre eu le bon goût d’expulser le fondateur de la marque vers l’Allemagne, cette dernière va y gagner une enseigne : « Dany le rouge » mais aussi un logo, tiré d’une photo montrant notre homme riant au né d’un CSR en tenue, et surtout un slogan, une base-line qui va traverser les années sans vieillir, « nous sommes tous des juifs allemands ». Ci dessous une variante…

nous_sommes_tous_des_juifs_et_des_allemands

Tirant profit  d’une forte audience auprès d’une cible particulièrement recherchée, les jeunes CSP+, la Cohn-Bendit Company va diversifier ses activités, surfant sur la vague hippie et communautarisme outre-Rhin pour se développer dans l’amour libre, l’éducation alternative ou encore la culture bio.

Egalement bien placée sur le secteur des drogues douces et leur dépénalisation, elle va régulièrement renouveler son audience et ainsi garder un indice GRP particulièrement attractif.

Au fil des ans et au contraire des fruits, la marque  a su mûrir en passant du rouge au vert. Grâce à un sens aigu de la communication, ce repositionnenent s’est fait sans heurt et un nouveau slogan,  « le libéral-libertaire », accompagne désormais l’enseigne rebaptisée « Dany le vert ».

En 2001, la Cohn-Bendit Company est mise en danger lorsqu’une polémique éclate sur un de ses anciens produits, « Le grand Bazar », un livre traitant de l’éveil à la sexualité des jeunes enfants. Mais grâce à excellente une communication de crise orchestrée par le soutien au produit incriminé de ses premiers consommateurs, l’affaire est vite classée. 

Quelques concurrents jaloux tenteront bien de rallumer la mèche à l’occasion des élections européennes de juin 2009 mais comme souvent en marketing, l’arroseur sera le principal arrosé et perdra de nombreuses parts de marché.

Ainsi, avec une stratégie totalement centrée sur le développement durable, la marque peut désormais étendre son business dans l’écomarketing sans risquer d’être taxée de greenwashing.

Ayant récemment réussi une improbable joint-venture autour d’un projet écologique européen avec des partenaires issus de nombreux secteurs d’activités, la Cohn-Bendit Company déclenche le 9 juin dernier une OPA partielle sur l’électorat du PS et du Modem.

Avec une gestion de la relation client s’appuyant sur un tutoiement excessif et un service après-vente souvent inexistant, la marque Cohn-Bendit a cependant réussi cet incroyable pari : être aujourd’hui en tête de gondole du grand supermarché européen. Belle leçon de marketing !

About these ads
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  134 followers